vendredi 12 novembre 2010

Percage - Equilibrage de la vessie du Bar et du Maigre


Pratiqué par de plus en plus de pêcheurs souhaitant remettre leurs prises à l’eau « en forme », le perçage de la vessie natatoire n’est malheureusement pas toujours correctement réalisée. J’ai moi-même essayé de le faire sur un poisson que je trouvais un peu gonflé mais « forcément » je l’ai loupé. C’est à ce moment là que met venu l’idée de cet article.

J’ai donc pris contact avec Arnaud de Wildenberg que j’avais vu pratiquer le perçage dans un reportage du journal régional de France 3 et c’est en le questionnant que j’ai découvert que c’est lui –même qui à mis au point cette technique. Il y a 4ans, lorsqu’il à commencé, ça n’était qu’expérimental. Au début, quelques poissons sont morts, mais depuis, la méthode a été mise au point et porte largement ses fruits.

Maintenant, petit à petit, tout le monde commence à la pratiquer.

J’ai aussi contacté Olivier Journaux, plus souvent appelé « Captain OJ ». Lui, c’est en lisant son blog que j’ai découvert sa pratique. Olivier à tout simplement essayé la technique d’Arnaud, destinée aux Bars. Convaincu, il l’a adapté sur le Maigre. Tout comme Arnaud pour le Bar, il a fallut « tâtonner » un peu au début. Désormais la technique est au point, et d’après le captain, « c’est top ! ».


L’objectif

L’objectif de cette « opération », est de pouvoir garder le poisson vivant dans le vivier, en le ramenant à la pression de la surface.

Si on ne souhaite pas le mettre en vivier, pas besoin de le « percer ». D’après Arnaud, «le mieux, est de le relâcher immédiatement».

Pour le maigre, l’idée est venue à Olivier Journaux en voyant ce qu’Arnaud faisait. « Ce qui me dérangeait, c’était de relâcher un poisson sans même le monter à bord » il a alors adapté la technique au Maigre afin de permettre à ses clients de profiter un peu de leurs prises car « c’est par sa présence qu’on donne du plaisir au client qui apprécie de garder un poisson en vie et ensuite le relâcher. »

La technique

Tout d’abord, la première question à se poser, est si on souhaite garder le poisson en vivier ou non. Si non, ça ne sert à rien de le percer, une relâche immédiate est bien plus efficace. Il faut aussi savoir au passage, que la survie des bars dans un vivier, dépends de la quantité d’eau contenue ainsi que de son renouvellement.

Ensuite, cela dépend de la profondeur où le poisson à été pris. Il n’est pas nécessaire de percer les Bar pris dans moins de 10m d’eau, environ 20m pour les Maigres (sauf si dans le vivier vous remarquez un comportement anormal). Pour ce qui est de la taille, tous poisson peut être opéré, mais plus ils deviennent gros, et plus cela devient nécessaire de procédé au perçage de la vessie. De toute façon, dès lors que l’on remarque un gonflement anormal du « ventre » du poisson, il faut le percer.

La méthode d’Arnaud de Wildenberg pour le Bar est la suivante :

« En longueur je prends la quatrième épine dorsale, puis je descends de cinq à six écailles sous la ligne latérale, j’introduis mon aiguille de manière tangentielle de l’arrière vers l’avant et je soulève les écailles, la je redresse mon aiguille perpendiculairement et je la descends à la verticale, je mets un peu de salive sur le bout de mon aiguille, ce qui me permets de vérifier que j’ai bien atteint la vessie natatoire. Je pique à cet endroit, car après avoir disséqué un bar tout juste pris, c’est à cet endroit que la vessie natatoire est la plus large et donc le risque d’erreur le plus minime »


Désormais, Arnaud équipe chacune de ses aiguilles d’un petit bout de laine et d’une rondelle de bouchon de bouteille qui sert de flotteur. Avec ce système, plus besoin de compresser les poissons à la main « je les mets dans le vivier avec leur aiguille, les pressions s’équilibrent toutes seules. Ensuite ils perdent leurs aiguilles et je les récupère à la surface. Autre avantage en tant que guides cela me permet de traiter de nombreux poissons à la fois. »


Pour les Maigres, lorsqu'ils sont dans l'eau (vivier ou mer) Olivier pique dans le bas du ventre, juste avant « l’anus ». A ce moment le poisson récupère rapidement une respiration « normale ». Il suffit alors de lui masser le ventre en poussant l’air vers l’aiguille. Le poisson se remet alors en position normale, c'est à dire ventre en bas puisqu’il n’a plus l’effet « bouée » de sa vessie remplie d’air.


Etant donné la taille assez conséquente de certains Maigre, il n’est pas toujours facile de les mettre en vivier. Pourtant, d’après Olivier « le passage par le vivier est un plus, ça permet de vérifier que l’air s’échappe bien et qu’il respire normalement, dans l’eau direct, on prend le risque de le voir partir avec une aiguille dans le ventre. »


Ce maigre de 22kg5 a été percé par les soins du Captain OJ. Il a été filmé après la remise dans son élément. Il avait l'air plutôt en forme pour un poisson de cette taille qui a subit un combat de 1h35 ? convaincu maintenant ? Vidéo : ICI



Le matériel

Une aiguille « rose » de pharmacie, c’est tout ce dont vous avez besoin, aussi bien sur le Bar que le Maigre. En plus de ne prendre aucune place, ça ne coute rien, 10 à 30 centimes pièce.

Conclusion

La technique du perçage de la vessie se répend de plus en plus, notamment grâce à l’action des guides qui montrent à leurs clients, de visu, la méthode à employer. Ceux-ci repartent chez eux et la pratiquent à leur tour. Selon Olivier « Le fait d’immortaliser la prise par une photo suffit bien plus à ses clients, que de ramener le poisson dans un plat, et cela contribue à leur faire aimer le poisson vivant et pas ensanglanté au fond d’un bac. » car comme le dit Arnaud, « La ressource est fragile, essayons de relâcher un maximum de poissons sans les blesser. Pensons à la génération future et respectons le poisson et la mer… ».

Le mot de la fin est pour Olivier, « les mentalités changent très vite et c’est ce qui sauvera la mer et la ressource ! »



Alors équipez vous tous de ces petites aiguilles roses qui ne coûtent rien, ne prennent aucune place, et permette de sauver les poissons que vous souhaitez rendre à la nature, à condition de pratiquer les bons gestes expliqué ci-dessus.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------

Cette technique n’est pas à essayer sur les lieus, du fait de sa toute petite vessie natatoire. (Etant donné que son équilibrage est assuré par son foie surdéveloppé et plein d’huile. (Source : Arnaud de Wildenberg)
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Documents supplémentaires :



- Reportage de Thalassa où l'on voit Arnaud pratiquer se geste (à 1h06min29s) : Vidéo ICI
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Crédits photos :

- Captain OJ
- Arnaud de Wildenberg
- Pierre Steboun

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Crédits vidéos :

- Captain OJ
- Arnaud de Wildenberg
- Thalassa

1 commentaire: